Accueil

Archives pour la catégorie Non classé

Comment ce joueur de poker en ligne a-t-il pu perdre 5$ millions en un mois

Les GGSeries se sont déroulées durant le mois de septembre. Ce festival est réputé pour ses buy-ins astronomiques. L’édition de cette année a été marquée par les mésaventures d’un des participants. Le joueur portant le pseudo « ilsy68 » s’est en effet retrouvé avec 5 millions de dollars de perte à l’issu de 386 parties. Il avait déjà entamé l’évènement avec déficit de 239 000 euros. Il espérait sans doute se refaire avec les différents tournois. Malheureusement, il n’a pas livré la bonne performance.

Un mois cauchemardesque

Le mois de septembre a été horrible pour le joueur « ilsy68 ». Il a en effet enchainé les défaites et les mauvaises performances. Après 158 parties disputées, il s’est retrouvé avec un déficit de 239 000 euros. Dans un acte désespéré, il a décidé de prendre massivement part aux GGSeries. Ce festival de poker figure parmi les plus prestigieux. Il est également considéré comme un des plus dangereux à cause de ses buy-ins colossaux. Le joueur « ilsy68 » a toutefois pris le risque. Malheureusement pour lui, il ne sera jamais à la hauteur. Au fil des events, il va perdre plusieurs milliers d’euros sans jamais terminer dans l’argent. Au final, il a perdu 4,6 millions d’euros dans cette quête. À noter qu’à un moment, il a aussi enchainé les Pot Limit Omaha et les tournois à 5 000 euros afin de se refaire. Aujourd’hui, il ne lui reste plus de marche de manœuvre. Il doit régler ses dettes auprès des différents opérateurs qui ont accepté de le recevoir sur leur plateforme.

Grosse bankroll, petit talent

L’histoire du joueur « ilsy68 » est un cas d’école. Il montre parfaitement une réalité connue de tous les pokeristes. Au poker, il faut savoir abandonner lorsque les mauvaises performances s’enchainent. Dans ce jeu, tout est en effet question d’équilibre. Et avec un état psychologique affaibli par les défaites, il est facile d’enchainer les mauvaises décisions. Il est d’ailleurs étonnant de voir un profil comme celui d’ilsy68 commettre une telle erreur. Un joueur qui peut se permettre de jouer un festival avec un déficit de 239 000 euros ne peut être qu’un professionnel aguerri. Avec son expérience, il aurait dû être en mesure de se calmer et de dire « stop ! »

888Poker veut revenir sur le marché du poker en ligne

L’opérateur 888Poker se prépare à renaitre de ses cendres. Il avait disparu du marché français en 2010 à cause de la nouvelle réglementation. Cette année, il prévoit de faire son retour dans l’Hexagone selon son directeur commercial, Yaniv Sherman. Ses équipes seraient en effet en train d’étudier le secteur pour pouvoir lancer sa plateforme à l’horizon 2020. La room est déjà présente au Portugal à travers son produit Poker8.

Le rêve français

L’opérateur 888Poker a quitté le marché français lorsque le gouvernement a décidé de réguler le secteur. Depuis, il est parti conquérir les États-Unis. Sa place de partenaire officielle des WSOP l’a d’ailleurs aidé dans cette aventure. Il s’est installé sur plusieurs marchés régulés comme celui du Nevada et du New Jersey. Il a également investi au Delaware et serait intéressé par la Pennsylvanie. En 2012, 888Poker a aussi obtenu une licence en Espagne. Il continue d’ailleurs de proposer ses services sur ce marché. Il possède aussi une plateforme au Danemark. Il a réussi à convaincre le régulateur en 2015. Fort de tous ces succès, il prévoit désormais de revenir sur le sol français. Le directeur commercial, Yaniv Sherman a affirmé la rumeur lorsqu’une interview accordée à PokerFuse. Celle-ci portait sur la régulation en Pennsylvanie, mais elle a dévié sur les plans à court terme de l’opérateur. Celui-ci est en train d’examiner la situation afin de tenter un retour définitif en 2020. La nouvelle a été accueillie avec ferveur par les joueurs français. Le retour de 888Poker pourrait aussi faire du bien à ce marché qui vient juste de renouer avec la croissance. Le partage des liquidités avec d’autres marchés a en effet permis de relancer le cash-game et surtout les tournois.

L’exemple portugais

La firme 888Poker possède une plateforme au Portugal. Après des débuts difficiles, celle-ci a connu un pic de popularité durant l’exercice 2018. Il s’agit évidemment des répercussions du partage de liquidités avec les autres marchés européens. Le désir de 888Poker de revenir en France pourrait d’ailleurs venir de là. La France fait en effet partie des pays à avoir accepté le partage de liquidités. Pour l’opérateur, il s’agit donc de la suite logique des choses. À noter toutefois qu’il souhaite effacer tous les souvenirs de son échec en France. S’il revient dans l’Hexagone, ce sera sous une nouvelle identité : Poker8 !

GPI : les Français dans le top 100

Le Global Poker Index répertorie les meilleurs joueurs du monde. Il se base sur les performances de chacun sur les 36 derniers mois. À quatre mois de la fin de la saison, 4 Français ont réussi à intégrer le top 100. Le classement global quant à lui est toujours dominé par Stephen Chidwick avec ses 3 803 points. Il est cependant talonné de près par Alex Foxen.

Benjamin Pollak, numéro 1 français

Les Français commencent à briller sur la scène poker. Ils sont en effet 5 à figurer dans le top 100 du Global Poker Index. Ce classement se base sur les performances en live de chaque pokeriste. Du côté des tricolores, c’est Benjamin Pollak qui domine. Il figure à la 27e place, mais il est malheureusement absent du classement Player of the Year. Il faut dire qu’il a été particulièrement discret cette année. Il est suivi par l’infatigable Romain Lewis à la 49e place. Le Français a certainement signé le meilleur parcours de sa carrière en 2019. D’ailleurs, il s’est adjugé la première place du podium chez les Français sur les trois derniers mois. Il enregistre également la progression la plus importante. Les autres tricolores à s’être hissé dans le top 100 sont Julien Martini, Sonny Franco et Paul Tedeschi. Malheureusement, ils sont tous en bas de tableau. Ils sont également présents dans le classement Player of the Year.

Les Américains, toujours au top

Si les Français commencent à peser dans la balance, force est de constater que le classement est toujours dominé par les Américains. Ils occupent en effet la majorité des places du top 100. Ils sont également légion dans le top 10. La première place du GPI est cependant occupée par un Britannique, Stephen Chidwick. Il cumule 3 803 points. Son principal poursuivant est Alex Foxen, le Player of the Year 2018. Pour rappel, l’Américain a établi un nouveau record mondial en restant au sommet du classement pendant 9 mois consécutifs. Le duel entre ces deux mastodontes promet donc d’être particulièrement épique jusqu’à la fin de la saison. Enfin, il convient de noter que la progression la plus importante sur l’année 2019 est signée Sean Winter. Il est passé à la 5e place après une victoire exceptionnelle au Seminole Hard Rock Poker Open.

Romain Lewis signe un nouveau succès à l’EPT Barcelona

Après un mauvais départ, le joueur de poker Romain Lewis a finalement signé une belle performance à l’EPT de Barcelone. Le Bordelais a brillé lors de l’Event 29 à 2 150 euros. Cette victoire lui permet d’empocher 79 500 euros et de signer son troisième succès en live. Il approche désormais la barre des 2,5 millions de dollars de gains en carrière.

Rédemption

Romain Lewis fait à nouveau parler de lui. Après un podium lors du festival partypoker Millions Europe à Rozvadov, il signe une nouvelle performance remarquable. Cette fois-ci, il s’est imposé lors de l’Event 29 de l’EPT Barcelona. Le tricolore a déjà plusieurs fois tenté de briller au casino Barcelona, mais il a toujours échoué dans cette quête. Cette année, la victoire sonne donc comme une rédemption pour lui. Le tournoi affichait un buy-in de 2 150 euros et se jouait en Hyper-Turbo. Chaque participant avait droit à 20 000 jetons et les niveaux de blindes changeaient toutes les 15 minutes. Romain Lewis a dû batailler dur pour remporter la victoire. Il a en effet mal entamé sa journée, mais il a réussi à se resaisir avant la table finale. Il a ensuite brillé et s’est aisément hissé dans le duel final. Il s’est retrouvé face à l’Australien Samuel David Higgs. Après un affrontement correct, il s’est imposé pour empocher 79 500 euros. Higgs, de son côté, s’est consolé avec 53 660 euros. À noter que l’Event a comptabilisé 185 entrées, dont 32 re-entries. Le prizepool quant à lui s’élevait à 358 900 euros. Avec ce nouveau Pique, Romain Lewis est désormais en bonne voie pour atteindre la barre des 2,5 millions de dollars en carrière. Il réalise d’ailleurs une excellente année puisqu’il s’est déjà illustré en mai lors de l’EPT Monte-Carlo. Il a aussi terminé meilleur français lors du Main Event WSOP en se hissant à la 60e place.

Plein de Français

L’Event 29 de l’EPT de Barcelone a été l’occasion pour plusieurs joueurs tricolores de briller. En dehors de Romain Lewis, ils sont trois à s’être glissés dans les 27 places payées. Pierre Katerji et Arnaud Enselme ont fini 25e et 22e pour 3 590 euros chacun. Le troisième est Raoul Setrouk. Il a tenu jusqu’à la 7e place pour repartir avec 13 420 euros.

Shaun Deeb gagne encore et encaisse 778,300 $

Le joueur de poker américain Shaun Deeb a brillé lors du Seminole Hard Rock Poker Open Big Four. Ce tournoi à 25 000 dollars lui a permis de décrocher une nouvelle victoire et 778 300 dollars. Il a dominé un field composé de 115 entrants pour 2,8 millions de dollars de cagnotte garantie. Le duel final s’est joué entre lui et Albert Daher. Ce dernier a fini avec 545 375 dollars en poche.

Un field prestigieux

Le Seminole Hard Rock Poker Open Big Four affichait un buy-in de 25 000 dollars. Il a réussi à attirer 115 entrants, dont plusieurs grands noms du poker. Parmi les plus connus, il faut citer Ali Imsirovic, Sam Soverel et le vainqueur du High Roller à 50 000 dollars Jason Mercier. Malheureusement, aucun de ces mastodontes n’a réussi à se hisser dans les places payées. La table finale a été particulièrement agitée avec notamment à une élimination précoce de Matthew Wantman. Il s’est fait éjecter par Shaun Deeb sur un flip. Il est reparti avec 76 695 dollars en poche. Jake Schwartz l’a ensuite rejoint pour empocher 90 895 dollars. Après ces deux éliminations, la partie a nettement penché en faveur de Shaun Deeb.

Le vainqueur WSOP a enchainé les bons coups. Il a d’ailleurs battu Josh Ray et TK Miles pour obtenir la moitié des jetons à 4 left. Ils ont respectivement gagné 110 780 dollars et 150 545 dollars. Shaun Deeb s’est ensuite tourné vers Olivier Busquet pour l’éliminer. Celui-ci a toutefois eu le temps d’éjecter Andy Andrejevic, chipleader au début de la table finale. Ils ont respectivement empoché 235 760 dollars et 340 860 dollars. Le head’s up s’est joué entre Shaun Deeb et Albert Daher. La confrontation n’a duré qu’une demi-heure. Albert Daher est reparti avec 545 375 dollars.

Un joueur de talent

L’Américain Shaun Deeb figure parmi les légendes du poker. Il possède 3 titres de Player of the Years des WCOOP et 4 bracelets WSOP. Il cumule plus de 3 millions de dollars de gain en live. Malgré sa polyvalence, il se spécialise surtout dans les Mtts. Son plus gros gain en carrière date de 2018 lors des WSOP. Il a empoché 1,4 million lors d’un Pot Limit Omaha 8-Handed High Roller. Avec cette victoire au Seminole Hard Rock Poker Open Big Four, il enrichit davantage son palmarès, déjà impressionnant.

Davidi Kitai et son compte-rendu du Main Event 2019

Le joueur de poker professionnel Davidi Kitai a profité de son passage au Main Event des WSOP pour pondre un article sur le blog Winamax. Dans ce récit particulièrement détaillé, il raconte ses moments forts et ses déceptions lors de ce tournoi. Il a également dressé un bilan de ses nombreuses années à prendre part au Main Event.

Un rêve d’enfant

Dans le monde du poker professionnel, le Main Event des WSOP est considéré comme le rendez-vous le plus important du calendrier. Si certains se contentent de l’exploit de pouvoir y prendre part, d’autres rêvent de briller lors de ce tournoi de prestige. Pour ce second groupe, ce désir de gagner constitue d’ailleurs leur moteur. Davidi Kitai fait partie de ces joueurs qui souhaitent s’imposer lors de cet évènement. Sa première tentative remonte en 2006. À l’époque, il s’était qualifié grâce à un satellite online. Il a ensuite brillé lors du Day 1 en éliminant presque tous les joueurs présents à sa table. Malheureusement, il va chuter au Day 2. Cet échec va cependant lui permettre d’assimiler une leçon importante à savoir abandonner de grosses mains pour mieux se rattraper.

Durant les années qui ont suivi, il est devenu de plus en plus dangereux lors du tournoi. Il a également acquis plus d’expérience. Il va toutefois devoir attendre 2007 pour sa première place payée. Il enchainera ensuite les mauvaises performances avant de briller en 2017 avec un nouveau ITM. Selon lui, cette traversée du désert s’explique par son manque d’énergie. Il restait en effet à Las Vegas du début à la fin du festival. Heureusement pour lui, l’âge va lui permettre de gagner en sagesse. Il va même l’aider à enchainer 3 ITM.

Une édition riche

Chaque fois qu’il prend part au Main Event des WSOP, Davidi Kitai rentre avec une nouvelle leçon en tête. Grâce à cette approche, il a pu améliorer sa stratégie et sécuriser ses 3 ITM successifs. Pour l’édition 2019, il a appris à mieux gérer son tapis. Selon lui, il se concentre désormais davantage sur la notion de survie. Il se dit également plus à l’aise avec les bluffs. Enfin, comme tout joueur de haut niveau, il a admis certaines erreurs. Selon lui, il doit apprendre à mieux profiler ses adversaires pour définir la meilleure stratégie.

Vainqueur de WPT, il détourne 22 $ millions

Les joueurs de poker professionnels alimentent de nombreux fantasmes. Il faut dire qu’il mène un style de vie qui fait rêver. Ils gagnent en effet leur pain en s’adonnant à leur jeu préféré. Qui plus est, ils ont droit à tous les privilèges réservés aux stars comme des cadeaux au casino ou des voyages de luxe. Malheureusement, derrière les strass et les paillettes, il existe une réalité plus sombre. La majeure partie des joueurs sont en effet en difficulté financière. Certains sont même reconnus comme des criminels avérés comme Dennis Blieden. Ce vainqueur du WPT LA Poker Classic a été arrêté pour avoir volé 22 millions de dollars à son employeur, la société StyleHaul.

Un système bien huilé

L’histoire de Dennis Blieden se révèle digne des plus grands block-busters hollywoodiens. Tout commence en 2015. À l’époque, il mène une vie calme dans une société nommée StyleHaul. Il enchaine d’ailleurs les promotions. Il se retrouve rapidement au poste de responsable de la comptabilité et vice-président du département financier. En parallèle à sa carrière, il se lance aussi dans le poker et développe une passion pour le jeu. Il enchaine les tournois et les parties de cashgame sans briller suffisamment pour rentabiliser ses investissements. À noter toutefois qu’il a réussi à empocher un million de dollars au WPT LA Poker Classic.

La descente aux enfers commence alors pour lui. Pendant 4 ans, il va dépenser tout son argent dans le poker. Il va même aller jusqu’à voler directement son employeur pour participer à des tournois. Il faut dire que sa place dans la société lui permet de mettre au point un subtil stratagème afin de détourner plusieurs millions par an. Selon l’enquête menée par la police, il aurait mis ces dépenses sous le compte de fausses locations de logements. Il prétendait en effet posséder un bien immobilier au Mexique que ses collègues louaient régulièrement pour les vacances. Pour faire passer les chèques, il a imité les signatures des dirigeants de la société et utilisé des pièces d’identité contrefaites. Au total, il a réussi à détourner 22 millions de dollars avant d’être arrêté le 10 juillet à Las Vegas.

Jusqu’à 200 ans

Onze charges ont été retenues contre le champion WPT Dennis Blieden. Il risque jusqu’à 200 ans de prison. La sentence pourrait cependant s’alourdir. L’enquête conduite par le FBI fait en effet état d’autres infractions majeures en dehors des détournements de fonds. Tout porte donc à croire que Dennis Blieden terminera ses jours en prison.

Partouche blanchit des soupçons de mises illégales de poker

Le groupe Partouche a évité le pire. Les soupçons de malversations au casino3-14 de Cannes ont en effet été levés par le tribunal de Grande Instance de Marseille. Le juge d’instruction a ordonné un non-lieu pour manque de preuves. L’affaire a été ouverte en mars 2018 et elle portait sur deux dirigeants pour abus de biens sociaux. 

Fin du tourment

Selon l’AFP, le juge d’instruction du Tribunal de Grande Instance de Marseille a ordonné un non-lieu général pour l’affaire Partouche. Selon lui, il n’existe pas de charges suffisantes contre les inculpés afin de prouver un délit d’abus de bien sociaux. Pour rappel, l’histoire a commencé en mars 2018. Suite à des soupçons de mises dissimulées au poker, une enquête a été ouverte et elle a débouché sur l’interpellation du président ainsi que le directeur général du 3-14 de Cannes. Les deux responsables ont ensuite été mis en examen puis libérés après le paiement d’une caution de 30 000 euros. L’enquête a duré plusieurs mois et le procès n’a eu lieu que cette année. Durant ce laps de temps, deux joueurs ont également été mis en examen pour complicité et recel d’abus de biens sociaux.

L’ordonnance de non-lieu indique que les parties de poker sur lesquelles porte l’affaire étaient légales. Aucune charge n’a permis de révéler qu’elles étaient dans le cadre d’un détournement de fonds réalisés au préjudice de l’établissement Partouche. D’ailleurs, le produit des jeux généré a été reversé à la société et à l’État. À noter également qu’aucune preuve n’a été fournie pour accuser les responsables d’avoir pris part à l’organisation ou le fonctionnement de ces sessions.

La suite

Au moment où l’affaire a éclaté, le groupe Partouche a subi une véritable crise. Son image de marque a en effet souffert de cette mauvaise publicité. Cela a donc eu un impact latent sur ses performances. Le deuxième du marché français a également vu ses actions chuter de 15 % à la bourse. À l’époque, il a tenté de se défendre en clamant haut et fort être en conformité avec la loi. Face au tapage médiatique sur l’affaire, cependant, il a rapidement été obligé de prendre des mesures plus drastiques. Il a porté plainte pour violation du secret de l’instruction et diffamation. Maintenant que le verdict a été rendu, Partouche compte bien régler ses comptes.

Ace of Spades de Motörhead détrône Poker Face de Lady Gaga

L’opérateur de poker en ligne PokerStars a lancé un sondage auprès de ses joueurs européens. L’objectif était de connaitre leurs chansons préférées pour jouer. Les titres musicaux qui sont sortis du lot sont Ace of Spades de Motörhead, Poker Face de Lady Gaga et House of the Rising Sun d’Éric Burton. La liste a été révélée lors des SCOOP. 

Le rock, toujours au top

L’opérateur PokerStars est un spécialiste du monde du poker. Récemment, il a voulu étoffer ses connaissances en lançant le sondage Poker Song. L’objectif était de questionner les joueurs afin de connaitre les titres musicaux les plus populaires aux tables de poker. Les résultats ont été dévoilés et la troisième marche du podium est revenue à Éric Burton. Son titre House of the Rising Sun figure parmi les incontournables des passionnés de poker. À la deuxième place, on retrouve Poker Face de Lady Gaga. Avec un titre pareil, il était évident qu’il intègre le classement. Il faut aussi avouer qu’il donne du tonus grâce à son rythme complètement fou. Le titre est également un succès planétaire. Quant au numéro un, il s’agit du morceau Ace of Spades de Motörhead. Comme dans de nombreux domaines sportifs, le rock semble être le genre musical le plus apprécié des joueurs de poker. Enfin, il est intéressant de noter que le classement comportait aussi Big River de Johnny Cash et Luck Be a Lady du king Elvis Presley. La playlist complète de tous les titres choisis par les joueurs est disponible sur le profil Spotify de PokerStars.

Le rôle de la musique

Le sondage PokerStars semble anodin pour les néophytes. Il possède cependant son lot d’enjeux. Pour les joueurs les plus aguerris, leur performance peut en effet dépendre en partie de leur playlist. La musique joue un rôle essentiel dans une partie. Elle permet de faire le vide et de mieux contrôler ses émotions. Elle se révèle aussi incontournable pendant l’entrainement et les moments de pause entre deux tournois. Enfin, il convient de noter que le reste du top 10 du sondage PokerStars se révèle très diversifié. Il comporte aussi bien des titres de rock que de la pop ou de la country.

Les réactions des pros Winamax sur le Sismix Costa Brava

Comme chaque année, le festival SISMIX de Winamax marque le début de l’été pour les amateurs de poker. L’édition 2019 est prévue du 20 au 26 mai à Lloret de Mar au casino Costa Brava. Elle devrait comme d’habitude rencontrer un succès retentissant surtout auprès des joueurs professionnels bien décidés à s’amuser. 

La fête avant tout

Le SISMIX est un festival de détente pour les joueurs professionnels. Certes, ils y jouent toujours pour gagner, mais leur attention se porte surtout sur les différentes animations. Il faut dire que Winamax est passé maitre dans l’art de proposer des divertissements survoltés. Durant les 7 jours de tournois, les joueurs auront la possibilité de se relâcher entre deux events à travers des pool partys ou des spectacles artistiques. Les plus extravertis quant à eux pourront prendre part aux tournois de Beer Pong. Cette année, la compétition s’annonce d’ailleurs féroce. Plusieurs participants sont donnés favoris. Les tenants du titre auront du pain sur la planche pour rester au sommet.

Pour rappel, l’édition 2018 avait été remportée par l’animateur emblématique du Multiplex Poker de Winamax Harper et sa compagne Gaëlle Baumann. Le couple pourra compter sur le soutien de certains professionnels pour booster leur moral. Romain Lewis, par exemple, a parié sur sa victoire. Pour lui, Harper garde ses chances pour un doublé. Il faut dire que le couple s’est beaucoup entrainé ces derniers mois en prévision du SISMIX. Le tournoi de Beer Pong est très apprécié par les joueurs. Il permet de s’amuser en dehors des tables tout en gardant un certain esprit de compétition.

Les events les plus chauds

Cette année, le SISMIX a intégré une nouveauté qui devrait séduire de nombreux joueurs. Il s’agit du Main Event à 500 euros. Il se jouera dans un format 6-Max et il permettra aux amateurs de se frotter aux professionnels sans trop se mettre à découvert. Ces derniers quant à eux sont surtout impatients de se retrouver entre eux sur des events high-stakes. Adrian Mateos notamment a déclaré avoir hâte de jouer contre Davidi Kitai et Bruno Lopes. La tête d’affiche de la Team Pro Winamax a encore du mal à digérer le fait que ses coéquipiers aient gagné à SISMIX avant lui.